La cuisine de Catane

Grande ville de commerce et carrefour de l’est sicilien située entre un volcan en activité, la mer et une plaine fertile, Catane possède une cuisine hétérogène, qui se se distingue de la cuisine sicilienne sans la renier. La cuisine de rue est une composante importante de la cuisine locale, comme le sont les spécialités concoctées pendant les fêtes religieuses. Il faut aussi noter que plusieurs plats catanais réputés sont historiquement liés à l »aristocratie locale.

Parmi les produits AOP et IGP de Catane et de sa province, on peut citer les excellentes oranges sanguines de Sicile, la précieuse pistache de Bronte, l’huile d’olive vierge extra, la figue de Barbarie et les cerises de l’Etna, les raisins de Mazzarrone, les champignons, le miel de Zafferana Etnea, les vins de l’Etna et les fraises de Maletto.

La cuisine de la rue catanaise

À Catane, la cuisine de rue est une chose sérieuse et une tradition ancrée et répandue, comme c’est également le cas à Palerme et à Messine. On sert à toute heure dans la rue des encas simples comme la Calia e Simenza, une spécialité à base de pois chiches grillés et pépins de courge. Mais la spécialité la plus connue de la rue à Catane sont les arrancini (en sicilien arancinu). Les arrancini made in Catane se distinguent de ceux des autres villes siciliennes de par leur forme conique qui rappelle l’Etna situé tout près de la ville.

Rue de Catane
Rue de Catane

L’offre dite « tavola calda » qu’on retrouve dans à peu près toutes les villes italiennes est exceptionnellement variée à Catane. On peut par exemple déguster au bar des spécialités locales comme la cipollina ou la bolognese (une sorte d pizza farcie), la bomba et des préparations plus classiques : cartocciate, pizzette, paté di sfoglia, etc.

Autour du marché aux poissons historique, on consomme des sandwiches aux tripes de veaux bouillies (quarumi, caldume), il sangeli, une sorte de boudin de sang de cochon et le zuzzu, une gelée de porc avec anchois ou crevettes marinées. Les fruits de mer (oursins et mollusques) sont également appréciés sur le pouce. Les occh’i voi (yeux de boeuf) sont particulièrement populaires. Autre snack issu de la mer, u mauru est une préparation concoctée à partir d’algues rouges.

Spectaculaire marché au poisson de Catane
La Pescheria, spectaculaire marché au poisson de Catane

Enfin on ne peut parler cuisine de rue sans citer les nombreuses paneterie réparties dans toute la ville. Elles préparent des sandwiches chauds avec divers assaisonnements et sauces, des saucisses et des oignons, qu’on peut confondre avec les stigghiole typiques de la cuisine de rue Palerme mais qu’on ne retrouve qu’à Catane.

Plats emblématiques de Catane

Le plat symbole de la ville de Catane est sans aucun doute les pasta alla Norma. Il s’agit d’un plat de pâtes (généralement courtes, mais pas exclusivement on les associe aussi aux longs bucatini) assaisonnées de sauce tomate, d’aubergines frites, de ricotta salée et de basilic. Les pâtes « alla Norma » tirent leur nom de l’opéra éponyme de Vincenzo Bellini, compositeur originaire de Catane. D’autres plats typiques de cette ville côtière sont les pâtes à l’encre de sèche (pasta cco niuru en sicilien), le maccu, une purée de fèves cuites avec ou sans pâtes, l’aubergine parmigiana, l’insalta di arance, les sardines beccafico, la viande d’âne, la caponata, le falsomagro, rocculi affucati et bastaddi affucati (brocoli et chou-fleur cuits à la poêle) et la côtelette alla catanese, que l’on passe au vinaigre avant de la paner et de la frire.

La schiacciata est une autre spécialité de Catane consommée surtout pendant la période hivernale.

Les desserts typiques

La version catanaise des cannoli sicilien utilise la pistache au lieu des fruits confits comme garniture. De nombreux desserts sont associés à un patron. C’est le cas des cassatelle di Sant’Agata et des olivette di sant’Agata qu’on mange en janvier et février. A Pâques, les catanais apprécient les aceddi ccu l’ova, un biscuit associé avec un oeuf dur dans sa coquille. A la Toussaint, on mange des « os de mort » (ossa di morto). A la Toussaint, les catanais dégustent également les ronds n’zuddi aux amandes (également confectionné dans la cuisine de Messine, les biscotti totò (variation des biscotti catalani typiques de Palerme), et les rame di Napoli.

Duomo di Sant’Agata

Les raviole fritte catanesi à la ricotta, typiques de la période du carnaval, se trouvent désormais toute l’année. Les crispelle (aussi connue sous le nom de zeppole di San Giuseppe) sont associées à la fête de Saint-Joseph mais se retrouvent désormais toute l’année.

L’été est incontestablement la période de la granita, symbole des douceurs aux saveurs variées, parmi lesquelles l’amande et la mûre particulièrement typiques de Catane et de ses alentours. Les glaces sont immanquablement disponibles avec la brioche. Cette brioscia cco tuppu est surmontée d’un petit chapeau pour tremper la glace ou la délicieuse granita.

Les biscotti della monaca (biscuit de la religieuse) à l’anis et en forme de « S ». sont aussi typiques de la ville. Enfin, on trouve de nombreux gâteaux proposés dès le petit-déjeuner dans les bars et cafés catanais, notamment des panzerotti fourrés à la crème ou au chocolat, la graffa (beignet) fritte et sucrée, des iris frits et fourrés au chocolat. Vous l’aurez compris, vous ne mourrez pas de faim dans cette ville !

A lire également :